Créer son entreprise à Toulon : l’importance de la veille

Salut les Varois(es) ! Si vous avez un peu suivi mes précédents articles « business », vous savez que je suis actuellement en train de monter mon entreprise, et que je fais partie d’un programme d’accompagnement d’entreprise pour m’aider dans ma démarche.

 

Durant le processus de création et notamment si on se fait accompagner (ce que je vous conseille fortement), on se rend souvent compte qu’il existe tout un monde entrepreneurial dont on ignorait l’existence et qui apparait soudain sous nos yeux, presque comme une société secrète. On découvre qu’il existe des tas d’acteurs de l’entrepreneuriat qui sont prêts à nous aider, qu’il y a des tas d’événements pour apprendre plein de choses et pour se créer un réseau, mais également qu’il existe des concours et autres démarches qui pourraient nous permettre d’obtenir des financements, de gagner des accompagnements, etc.

 

Mais alors, comment on fait pour se tenir au courant de tout ça si on a un projet mais qu’on n’a pas encore pu rejoindre la société secrète des entrepreneurs ? Ou si on a réussi à rassembler suffisamment de courage pour se lancer, mais qu’on n’a pas la chance d’être accompagné et/ou qu’on se sent assez isolé dans notre démarche ? Et même si vous êtes très entourés d’ailleurs, que vous êtes en plein dans l’univers entrepreneurial, mais que vous ne savez plus où donner de la tête ? Pas de panique, j’ai la réponse (ou en tous cas, UNE réponse) : ne négligez pas votre veille.

 

 

La veille, c’est quoi ?

 

Veille InternetCrédit photo : Martin Barraud

 

La veille c’est un concept assez simple en fait, bien que j’ai mis un petit moment avant de bien comprendre son fonctionnement et son intérêt.

 

Faire de la veille, c’est « surveiller » ce qu’il se passe dans un secteur d’activité précis. Être au maximum au courant des actualités du domaine qui vous intéresse. Un peu à l’image du chat (ou du chien ? Je ne sais plus) qui ne dort que d’un œil, l’idée est d’être constamment « en veille » ou « aux aguets », et d’avoir toujours un œil ouvert pour ne pas louper des informations cruciales.

 

 

Surveiller, oui, mais quoi ?

 

Veille ConcurrentielleCrédit photo : Grégory Kramer

 

Il est bien entendu évident que vous allez devoir définir le ou les objets de votre veille. Autrement, vous allez très rapidement vous enliser dans une veille interminable de tout et n’importe quoi, et perdre le sens initial qui est de recueillir des informations pertinentes à votre projet.

 

Si vous vous lancez dans la création d’entreprise, je vous conseille d’établir deux veilles (ce qui est déjà beaucoup) :

 

  • Une consacrée au monde entrepreneurial, et notamment celui de votre secteur géographique.
  • Une consacrée à votre domaine d’activité.

 

Alors concrètement, vous allez inclure qui/quoi dans votre veille ?

 

    • Des ministères et autres instances gouvernementales relatives à votre secteur. Par exemple, si votre projet est d’ouvrir une école, suivre les actualités du Ministère de l’Éducation Nationale me paraît essentiel pour se tenir au fait des législations, réformes et autres événements mis en place. Quel que soit votre secteur d’activité, vous ne devez pas négliger les règlementations qui le régissent.

 

    • Des magazines spécialisés. Ce qu’il y a de bien avec les magazines, c’est qu’il en a une myriade et que vous êtes quasiment certains d’en trouver au moins un qui traite spécifiquement du sujet qui vous intéresse. Et comme ce sont des magazines et qu’ils se doivent de vous proposer des articles sur ce qui se fait de plus récent, cela signifie qu’ils effectuent eux-même une veille pour en soutirer les informations les plus fraîches et les plus pertinentes (normalement). Mon entreprise s’inscrit dans ce qui s’appelle l’Économie Sociale et Solidaire ou ESS (pas de panique si vous ne savez pas de quoi il s’agit, je vous en reparlerai dans un prochain article). Et bien savez-vous qu’il existe un magazine spécialisé dans les entreprises ESS ? Il s’appelle Socialter et bien évidemment, il fait partie de ma veille. Vous avez saisi le principe ? 🙂

 

    • Des experts. Imaginez que mon projet soit de proposer un mode spécifique de consommation d’énergies renouvelables. Je vais « surveiller » qui, d’après vous ? Des experts en énergies renouvelables, bien sûr ! Parce qu’ils vont partager leurs connaissances, leurs conseils, qu’ils vont probablement partager aussi des articles qui ne sont pas d’eux mais qu’ils jugent pertinents, etc. Bref, une vraie mine d’informations !

 

      • Des associations ou organismes dédiés à votre domaine, notamment s’ils sont dans votre secteur géographique . Vous allez ainsi pouvoir vous tenir au courant des événements qu’ils organisent dans votre région, mais également recueillir les informations qu’ils vont partager.

 

      • Des concurrents. Avant que vous ne dénonciez une incitation à l’espionnage industriel, permettez-moi de préciser ma pensée. Le principe n’est pas de lorgner sur la copie du voisin pour lui piquer toutes ses idées. Ce n’est pas non plus d’aller fouiner pour chercher des informations confidentielles. La « veille concurrentielle », comme on l’appelle, consiste à observer ce que font vos concurrents (et qu’ils affichent publiquement) pour mieux l’analyser. Qu’est-ce qui fonctionne ou ne fonctionne pas dans ce qu’ils font ? Y a-t-il des choses dont je pourrais m’inspirer pour les remanier à ma sauce ? Quels sont leurs clients types (non pas pour les leur piquer, mais pour observer leurs comportements de consommation) ? Attention donc à ne pas confondre vos concurrents avec une source intarissable d’idées pour votre projet. Vous n’avez aucun intérêt à proposer à vos futurs clients quelque chose qui existe déjà en tous points dans votre secteur géographique, surtout si c’est déjà très bien fait.

 

        • Des passionnés. Les passionnés, c’est monsieur et madame tout le monde, sauf qu’ils portent un intérêt certain pour votre secteur d’activité. Leur expertise n’est pas certifiée par un diplôme, mais ça ne veut certainement pas dire qu’ils n’y connaissent rien. Il y a des passionnés qui le sont tellement qu’ils sont devenus de véritables références. Ne les négligez pas.

 

Cette liste n’est bien entendu pas exhaustive (n’hésitez pas à la compléter dans les commentaires) et n’est pas non plus écrite dans la pierre. Si je pense qu’elle regroupe des pistes intéressantes, à vous de voir qui ou quoi vous voulez absolument intégrer dans votre veille, ou ignorer. Cette liste s’accompagne également d’un petit message de mise en garde (qui relève davantage du bon sens, en fait) : tout ce qui va être partagé par les personnes que vous avez intégré à votre veille ne sera pas forcément parole d’évangile. Ce n’est pas parce qu’un article a été écrit que c’est forcément vrai, ou que c’est forcément pertinent pour vous. À vous donc de faire la part des choses et de faire également confiance à votre propre expertise.

 

 

Comment faire sa veille ?

 

Veille Reseaux SociauxCrédit photo : Guido Mieth

 

Vous pourriez vous inscrire à toutes les newsletters de tous les organismes qui vous intéressent, faire quelques kilomètres pour vous rendre chez vos concurrents et les observer travailler, et harceler des experts au téléphone pour qu’ils répondent à toutes vos questions. En ce qui me concerne, j’ai une technique beaucoup plus simple, moins chronophage, moins onéreuse et surtout qui vous évitera de passer pour des psychopathes (non, ne me remerciez pas).

 

Ce merveilleux (et parfois controversé) outil qu’est l’Internet va être votre meilleur allié dans votre veille. Il faut savoir qu’il existe des tas d’outils très performants qui vont vous permettre d’organiser votre veille de manière optimale. Je vais cependant me contenter de vous en énumérer deux, que vous connaissez déjà, que vous utilisez déjà probablement très régulièrement et qui sont honnêtement tout ce dont vous avez besoin, à votre échelle : Facebook et Twitter.

 

Les deux peuvent être complémentaires, mais vous pouvez n’en utiliser qu’un, c’est à vous de voir. Comment ça fonctionne :

 

  • Que ce soit sur Facebook ou Twitter (ou les deux), créez des listes (sur Facebook, ça s’appelle des listes d’intérêts). Vous aurez par exemple une liste « entrepreneuriat » et une liste « automobiles », s’il s’agit de votre secteur d’activité.
  • Dans chaque liste, enregistrez les pages (sur Facebook) et les comptes (sur Twitter) qui vous intéressent et que vous souhaitez « surveiller ».
  • De cette façon, dans les fils d’actualité de vos listes, vous ne verrez apparaître que les actualités des pages que vous suivez (ce qui est bien plus pratique pour retrouver directement toutes les informations qui vous intéressent).
  • Il ne s’agit pas de lire absolument tout ce qui va s’afficher sous vos yeux, sinon vous n’en avez pas fini ! Ne vous attardez que sur ce qui vous semble le plus pertinent, ou qui vous interpelle.
  • La veille peut être une activité très chronophage, n’hésitez donc pas à lui allouer un temps limité. 10 à 20 minutes par jour devraient suffire. Ou encore 1 à 2 heures une fois par semaine. L’idée c’est que vous le fassiez relativement régulièrement. N’oubliez pas que l’objectif de la veille est de se tenir au courant de ce qui se passe dans un domaine choisi. Une veille une fois tous les 4 mois est donc totalement inutile.

 

 

La veille du monde entrepreneurial toulonnais

 

Entrepreneuriat ToulonCrédit photo : Werner Dieterich

 

Il me semblait pertinent de clôturer cet article par quelques pistes d’organismes locaux  à suivre. Je ne sais pas du tout dans quel domaine s’inscrit votre projet d’entreprise donc je vous laisse le soin de déterminer qui vous souhaitez inclure à votre veille de ce côté-là, mais j’ai quelques idées à vous suggérer en ce qui concerne l’entrepreneuriat :

 

Ces trois pages correspondent à différents pôles de Toulon Var Technologies, à qui appartient notamment l’espace de coworking où je travaille et dont je vous ai déjà parlé plusieurs fois. Ils organisent très souvent des événements, la plupart gratuits, autour des thèmes de l’entrepreneuriat et du numérique. Ils ont également des programmes d’accompagnement d’entreprise : le Training Camp et l’Accélérateur by TVT.

 

Il s’agit du FabLab de TVT. Ils organisent parfois des événements, et ils ont tout le matériel dont vous pouvez avoir besoin pour prototyper des produits (imprimante 3D, découpeuse laser, et plein d’autres trucs).

 

L’Accélérateur social concentre son activité sur les entreprises qui participent à l’économie sociale et solidaire. Au travers différentes actions, il vous aide dans les diverses étapes de la création de votre entreprise. C’est avec son programme d’accompagnement « Starter » que je monte ma propre entreprise. Ils organisent également des événements liés à l’entrepreneuriat.

 

C’est le réseau des entrepreneurs du numérique sur Toulon. Ils organisent des apéros-réseautage tous les premiers jeudis du mois. La première fois que vous y allez, c’est gratuit. Vous vous présentez à un des organisateurs, en expliquant quelle est votre activité et pourquoi vous êtes là. L’organisateur va ensuite vous présenter au reste du groupe (un bon moyen de voir si votre façon de vous présenter est claire ou pas !). Après quoi, il ne tient qu’à vous d’aller à la rencontre des autres entrepreneurs et d’élargir votre réseau.

 

Tous les ans, ils organisent un forum entièrement gratuit au Palais Neptune avec des tas de conférences et de stands divers sur le thème de l’entrepreneuriat (avec un thème spécifique chaque année). Sur les stands, vous trouverez de tout : des banques, des assureurs, des accélérateurs d’entreprises, des avocats, etc, et vous pouvez venir leur poser toutes les questions dont vous avez besoin. Les conférences sont également très intéressantes et abordent divers sujets, que ce soit comment constituer une demande de subvention ou comment mettre en place une communication efficace sur Facebook, pour ne citer que ces deux exemples. L’événement est déjà passé pour cette année, mais n’hésitez pas à aller sur leur site pour voir le programme, ça vous donnera une idée de ce que vous pourrez y trouver.

 

Sur le même principe que Var Ecobiz, il s’agit d’un salon dédié aux entrepreneurs, gratuit et qui se déroule au Palais Neptune. Ce salon est organisé par l’UPV (l’Union Patronale du Var). Le prochain devrait avoir lieu aux environs de mars 2017 (en tous cas l’édition 2016 a eu lieu en mars).

 

Comme son nom l’indique, il s’agit de l’Union Patronale du Var. Elle constitue un réseau important des patrons varois. L’UPV propose des événements, des actions et des outils pour vous aider à développer votre réseau et votre business.

 

C’est la Chambre de Commerce et d’Industrie du Var. C’est une mine d’informations importantes sur ce qu’il se passe dans le monde entrepreneurial varois, mais également sur les formalités d’entreprise.

 

Il s’agit d’un réseau associatif de financement et d’accompagnement de créateurs d’entreprises.

 

C’est non seulement un espace de coworking, mais ils organisent également de très nombreux événements, gratuits ou pas chers du tout, sur de nombreux sujets. Il y aura peut-être des choses qui ne vous intéresseront pas, mais ils font aussi des ateliers liés à l’entrepreneuriat ou pour parfaire vos connaissances dans certains domaines (ateliers photoshop, design, etc).

 

 

Vous l’aurez remarqué, la veille que je vous propose est une veille Facebook (tout simplement parce que c’est l’outil que j’utilise le plus), mais vous trouverez la plupart de ces organismes sur Twitter également. N’hésitez pas également à fouiner dans mes abonnements/abonnés sur Twitter, beaucoup d’entre eux sont des experts et/ou passionnés de l’entrepreneuriat 🙂

Une fois encore, cette liste n’est pas exhaustive, alors n’hésitez pas à la compléter dans les commentaires 🙂

 

 

The following two tabs change content below.
Isabelle

Isabelle

Varoise-en-Chef (huhu bonjour j'me la pète !), j'ai créé ce blog pour partager avec vous mes coups de cœur made in Var. Un peu touche-à-tout, je vous propose ici des articles en tous genres, et j'ai bien l'intention de créer de nouvelles catégories lecture et entrepreneuriat. N'hésitez pas également à jeter un œil à mon autre blog, Des Mots pour le Lire 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes:

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>