Cyrielle Cohen, auteure jeunesse et varoise, en 10 questions

Hello mes Varoises ! Vendredi dernier, je vous présentais les livres de Cyrielle Cohen, une jeune auteure jeunesse varoise, qui a su capter l’attention des Presses du Midi et dont les bouquins sont depuis peu disponibles en librairies. Comme je voulais vous en faire découvrir davantage sur son parcours et son univers, je lui ai proposé de se prêter au jeu des 10 questions, qu’elle a accepté avec plaisir. Une interview très intéressante, pleine de conseils pour celles parmi vous qui avez des envies d’écriture !

 

 

La Varoise Cyrielle Cohen

 

 

1. D’où te vient ce goût pour l’écriture, et plus particulièrement celui d’écrire des histoires ?

Je suis passionnée par l’écriture depuis mon plus jeune âge. Lorsque j’avais huit ans, j’écrivais des poèmes sur des feuilles cartonnées et mes copines se les échangeaient en classe ; puis j’ai commencé à écrire des récits. Par exemple, j’ai deux cahiers de 96 pages dans lesquels j’avais écrit un roman, à l’âge de neuf ans, à propos d’une petite fille qui faisait le tour du monde et entendait le langage des animaux. Ma mère me demandait souvent pourquoi j’écrivais ainsi, et je lui répondais :  » J’ai besoin d’écrire ! ». Je ressentais le besoin irrépressible d’écrire, à tous les âges, comme si c’était au fond de moi depuis toujours. Ma famille et mes professeurs de français m’ont toujours dit que j’avais l’âme d’un écrivain. J’ai toujours écrit des histoires fantastiques, il me semble, même depuis toute petite !

 

 

2. Quel est ton parcours (étudiant et professionnel) jusqu’ici ?

J’ai un bac littéraire et une licence de philosophie. J’ai fait des remplacements dans les écoles primaires en tant qu’institutrice. J’ai beaucoup aimé mes remplacements, mais ce que j’aime vraiment en réalité, c’est apprendre l’écriture aux enfants. Sans doute parce que c’est aussi à l’école primaire que ma passion de l’écriture s’est révélée. C’est pour cette raison que j’aimerais animer des ateliers d’écriture dans les écoles, parallèlement à mon activité d’auteure. Je suis en train de voir cela, peut-être pour septembre.

 

La Varoise Cyrielle Cohen

 

 

3. Pourquoi avoir choisi d’écrire pour les enfants et adolescents plutôt que pour les adultes ?

L’univers magique de l’imagination me passionne, et celui des enfants est spécial car il n’a pas de limites. En écrivant, je retrouve mon âme d’enfant, et c’est une bouffée d’oxygène pour moi. J’aime l’idée de croire que tout est possible… et quand on grandit, c’est de plus en plus difficile. Les adolescents ont encore un pied dans ce monde, ou il ressentent le besoin de s’y rendre.

 

 

4. Tes livres sont aujourd’hui publiés et vendus en librairie. Quelle a été ta démarche pour atteindre ce but ?

J’ai d’abord été auto-éditée par Amazon, et j’ai été heureuse de voir que mon roman « Je suis un livre VIVANT ! » avait du succès. En même temps, j’envoyais les manuscrits aux maisons d’édition. Ça a duré un an. Je voulais trouver une maison d’édition qui croit en moi, et qui accepte de publier de nombreux livres, parce que je suis assez productive : j’aime écrire un ouvrage tous les deux mois. J’ai eu des réponses de certaines maisons d’édition, mais elles n’étaient pas satisfaisantes, parce qu’elles publiaient principalement sur Internet, ou bien me demandaient de payer une participation.

 

La Varoise Cyrielle Cohen

 

 

5. J’ai cru comprendre que tu allais également participer à plusieurs salons du livre. Comment te sens-tu vis à vis de ça ?

Oui, je suis très heureuse de participer à des salons du livre, notamment à la prochaine Fête du Livre de Toulon, qui sera mon tout premier événement ! L’idée d’être en contact avec des lecteurs me remplit de joie, ainsi que l’idée de pouvoir faire découvrir mes livres. À la base, je suis une personne assez timide, mais depuis que j’ai été publiée, la passion de l’écriture m’a permis de dépasser cette timidité.

 

 

6. J’ai eu l’occasion de lire deux de tes livres, « Je suis un livre VIVANT ! » et « Il est temps de trouver ton monde » ; très différents et en même temps dans lesquels on retrouve des thématiques similaires. Peux-tu nous parler plus en détails de ton univers ? Qu’est-ce qui t’inspire quand tu écris ?

On retrouve très souvent dans mes livres le thème des univers parallèles. Je pense que c’est un thème gravé dans mon inconscient, il finit toujours par surgir, même lorsque je ne m’y attends pas ! En fait, ma méthode d’écriture est la suivante :

Je ne fais pas de plan, je ne réfléchis pas, juste… J’écris. Je garde confiance, je sais que l’inspiration ne vient pas de mon mental, de ma réflexion disons, elle vient plutôt du plus profond de moi. C’est lorsque je n’essaie pas de rationaliser et que je me laisse guider que cela fonctionne. Donc, je ne me demande pas si j’ai envie d’écrire, ou si j’ai de l’inspiration, je me mets au clavier et j’écris, j’écris pour mon propre plaisir. Et si les premières lignes sont superficielles, il me suffit de les effacer. En général, en faisant ça, j’ai remarqué qu’un univers magique émerge tout seul, sans vraiment le décider. Des anges, des fées, des créatures fantastiques prennent place dans la page. J’écris, je ne réfléchis pas à ce que j’écris, et elles s’invitent !

 

La Varoise Cyrielle Cohen

 

 

7. Tu illustres également toi-même tes livres. En quoi est-ce important pour toi de gérer aussi cette facette de la création de tes histoires ?

Oui, c’est important pour moi. J’aime beaucoup dessiner, et les images liées aux univers de mes romans sont dans mon esprit. C’est important de les montrer aux lecteurs, car elles complètent l’histoire qu’ils sont en train de lire. Bien sûr, ils peuvent imaginer les personnages différemment, mais les enfants aiment beaucoup avoir certaines images pour stimuler leur imagination.

 Note de La Varoise : à l’intérieur des livres, les illustrations sont présentées sous forme de contours, sans couleurs. De quoi laisser une part de créativité à vos enfants et leur permettre de colorier eux-même les illustrations et en faire un peu un univers à leur image 🙂

 

 

8. Tu es aujourd’hui éditée par Les Presses du Midi. Est-ce une coïncidence ou un choix de t’être tournée vers une maison d’édition « locale » ?

Mes objectifs étaient de trouver une maison d’édition qui me fasse confiance et me laisse une grande liberté. Pouvoir illustrer mes propres livres, pouvoir proposer de nombreux projets à mon éditeur… C’était très important pour moi. Je voulais aussi pouvoir me faire connaître dans ma région, participer aux salons du livre autour de chez moi… Les Presses du Midi, que j’ai rencontré à la fête du livre de Toulon, était la maison d’édition parfaite pour moi !

 

La Varoise Cyrielle Cohen

 

 

9. As-tu des conseils à donner à ceux et celles qui comme toi voudraient se lancer dans l’aventure en écrivant leur premier livre ?

Je leur conseille surtout de ne jamais lasser quiconque briser leurs rêves. La passion de l’écriture, c’est quelque chose qu’on a en nous. Il ne faut pas la rationaliser, laisser tomber en se disant qu’on ne trouve pas d’éditeur, ou se dire que c’est bien trop difficile… Si c’est notre don, si cela fait vibrer notre cœur, alors il faut écrire, écrire pour le plaisir. Certains aiment regarder  la télévision pour se détendre, on peut écrire à la place et se sentir mieux qu’on ne l’a jamais été. En même temps, on peut envoyer son livre pour essayer de rencontrer des éditeurs. Il ne faut jamais laisser tomber. Et continuer à écrire, parce que cela nous apporte du bonheur.

Je voudrais aussi ajouter que même si l’on n’a pas écrit depuis longtemps, mais qu’on a déjà ressenti la joie de simplement écrire, notre don de l’écriture est toujours là. Il ne peut pas disparaître. Il n’est jamais trop tard pour s’y remettre, peut-être que le bon moment n’était pas encore venu. Il ne faut pas être trop exigent, se comparer aux autres ou vouloir absolument écrire quelque chose « de bien ». C’est en écrivant ce qui nous plaît que l’on progresse, et que l’écrivain que nous pouvons être se forme peu à peu. Et surtout, ne pas attendre l’inspiration : elle vient en écrivant. Même ce qui nous passe par la tête, pour commencer.

 

 

10. Quels sont tes projets en tant qu’auteure ? D’autres livres en perspective ?

J’écris à peu près un roman tous les deux mois. J’ai un carnet rempli d’idées ! Actuellement, je suis en train de relire mon quatrième roman. Il s’agit d’une forêt invisible qui serait présente tout autour de nous. Les Esprits de cette forêt, des êtres féériques tous plus extraordinaires les uns que les autres, racontent leurs secrets au lecteur…

 

 

Pour découvrir les histoires de ses trois premiers livres sortis en librairie, n’hésitez pas à lire mon article dédié 😉

 

 

 

The following two tabs change content below.
Isabelle

Isabelle

Varoise-en-Chef (huhu bonjour j'me la pète !), j'ai créé ce blog pour partager avec vous mes coups de cœur made in Var. Un peu touche-à-tout, je vous propose ici des articles en tous genres, et j'ai bien l'intention de créer de nouvelles catégories lecture et entrepreneuriat. N'hésitez pas également à jeter un œil à mon autre blog, Des Mots pour le Lire 😉
Isabelle

Derniers articles parIsabelle (voir tous)

4 thoughts on “Cyrielle Cohen, auteure jeunesse et varoise, en 10 questions

  1. Delatour Nicole

    Bonjour,

    Je voudrais juste dire que les livres de Cyrielle vont très bien aussi pour les adultes !
    J’ai lu « Je suis un livre vivant ! » et j’ai commencé « L’Univers extraordinaire de Charlie Norev, j’aime beaucoup. L’auteure nous amène dans sa « rêverie » et, étant adulte, je la suis très bien !

    • Isabelle La Varoise

      Je suis tout à fait d’accord, j’ai moi-même lu ses livres et je les ai beaucoup appréciés 🙂 Mais comme ce sont des livres catégorisés « jeunesse », je me dois de le préciser 😉

  2. lylou

    Livres très bien ecrits .beaucoup d’inspirations car les sujets sont difficiles à trouver.j’ai beaucoup aimé ces livres fantastiques

    • Isabelle La Varoise

      En effet, ils ont dû demander beaucoup d’imagination !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes:

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>